Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Mon discours au congrès de l'Union Nationale Patriotique en hommage à mon ami Semou Fall

Posté par: Danfakha Talan Négué Tamba| Mardi 01 avril, 2014 17:08  | Consulté 1271 fois  |  0 Réactions  |   

L’Union Nationale Patriotique est née, en 2005, de la volonté d’un homme, hélas arraché à notre affection le 27 mars 2013, qui m’a convaincu de partager son désir de créer un parti politique nouveau pour servir, encore mieux, notre pays à l’horizon 2017. Cet homme, qui fut mon ami, mon camarade d’université et mon compagnon politique durant les premières années de l’Union Pour le Renouveau Démocratique, s’appelait Semou Fall. Il fut le premier Président de ce parti dont je fus le premier secrétaire général.

L’Union Nationale Patriotique fut, donc, créé il y a près de 9 ans avec l’intention de pouvoir accéder au pouvoir dans un délai de 12 ans.

Auparavant, nous avions estimé qu’il nous fallait, individuellement, faire nos preuves sur le terrain et obtenir l’indépendance économique, par nos propres efforts, avant de nous impliquer dans la gestion de la chose publique.

Mieux, fidèles à notre désir de renouveler le personnel politique de notre pays, nous avions donné la possibilité au mouvement Tekki d’aller aux élections législatives en 2009, initiative qui aura permis l’élection de Madame NDèye Fatou Touré à l’assemblée nationale en qualité de députée de notre parti.

Lors des dernières élections municipales, notre parti avait fait campagne à Dahra Djoloff où nous avions pu faire élire 4 conseillers et porter la candidature d’éléments de la société civile dans la commune Fann Amitié Point E à Dakar.

Notre parti, a, depuis sa création, pris position dans tous les grands débats nationaux. C’est ainsi que nous avions soutenu, avec force, le Président Abdoulaye Wade dans sa décision de faire partir les bases militaires françaises de notre territoire et lorsque l’ambassadeur des USA, Madame Marcia Bernicat, avait voulu s’immiscer dans les affaires de notre pays. Notre parti avait, également, combattu, avec la même énergie, les tripatouillages constitutionnels du Président Wade le 23 juin 2011 et son projet insensé de troisième mandat.

La disparition de mon ami Semou Fall, m’a obligé, en vue d’honorer sa mémoire et de rester fidèle à notre projet commun, à ouvrir les rangs de notre parti à des sénégalais qui ont en commun la particularité soit d’avoir abandonné la politique depuis leurs années d’étudiants ou de n’avoir jamais milité dans aucun parti politique pour rendre possible l’objectif initial d’arriver aux affaires en 2017

En créant l’Union Nationale Patriotique nous avions la conviction que :

·        tous les peuples libres et indépendants disposent en leur sein de            ressources suffisantes pour s’inventer et se construire, en toute autonomie un   avenir voulu. Pour y parvenir les individus qui les composent doivent savoir prendre des initiatives audacieuses de manière quasi permanente.

·        servir notre peuple et l’accompagner dans la construction d’une histoire exemplaire, exaltante et immortelle est la meilleure manière pour chacune et chacun de nous de réaliser le plus qualitativement possible sa légende     personnelle. Pour l’accomplissement de ce dessein, il faut s’engager à ne ménager  aucun effort, à utiliser à bon escient ses ressources personnelles et celles du plus grand nombre et cultiver sans cesse un sens aigu des responsabilités, de la lucidité et un enthousiasme sincère.

·        la clarification des valeurs, l’élucidation du réel et le renouvellement doivent être toujours présents dans toute démarche politique soucieuse de  résultats.

Pour nous, l’histoire positive du genre humain, celle qui l’a fait avancer dans les bonnes directions et qui l’a grandi, est l’histoire produite par des individus                entreprenants qui ont su mettre leur sens de l’initiative au service de leur                 semblable. Pour donner ce sens de l’initiative au plus grand nombre il nous faut donc construire une société d’entrepreneurs dans tous les domaines, une société qui met l’être humain au cœur de tous ses projets, une société qui favoriserait la coopération, la négociation, la compréhension mutuelle, la tolérance et le rapprochement pacifique entre les peuples du monde.

Dès lors l’action politique pourrait se réduire à garantir aux individus la liberté de se réaliser pleinement, la sécurité pour eux et pour leurs biens et la reconnaissance de leurs talents ou actions qui concourent à produire durablement des bonheurs partagés. Pour y parvenir nous devons abandonner une certaine vision antagoniste de nos intérêts et croire à la possibilité de bâtir un monde prospère mais, surtout, solidaire.

Pour faire face aux défis qui ne manqueront pas de surgir sur notre chemin, nous n’oublierons pas de nous souvenir des siècles d’esclavagisme, de colonialisme et d’impérialisme qui ont fait souffrir nos peuples; sans haine et sans rancune, nous devons tirer de ce passé douloureux la force et la discipline nécessaires pour donner à nos actions politiques plus de consistance, de sérieux et d’efficacité. Nous devons briser, une fois pour toute, le cycle infernal de la domination et du mépris culturel en faisant encore la preuve que nous pouvons construire des nations exemplaires, prospères et respectables à l’image de celles des Lat Dior Ngoné latyr, Elhadji Omar Tall, soundiata Keïta ou de Chaka Zoulou.

Pour nous, fondateurs de l’Union Nationale Patriotique, la pratique politique doit être synonyme d’efficacité, d’amour et de don de soi, de prise de conscience, de réussite familiale et professionnelle et de respect de l’être humain.

En créant l’Union Nationale Patriotique nous voulions tourner le dos à toutes les politiques antinationales, de régression sociale et peu soucieuses d’avenir voulu pour notre peuple.

La république va mal et nous ne saurions rester passifs devant la mise à sac de notre pays par ses propres enfants peu soucieux de construction nationale et   d’idéal. Les Sénégalais qui avaient cru que le salut passerait par une alternance politique, commencent, après deux alternances, à déchanter devant le retard apporté à la satisfaction de la fameuse demande sociale.

La pauvreté n’a jamais été aussi présente dans notre pays qu’en ces temps où près de 80% des ménages vivent au dessous du seuil de pauvreté, notre pays reste encore parmi les 20 pays les plus pauvres au monde selon le classement fait par le programme des nations unies pour le développement et la jeunesse reste désemparée face à l’absence de perspectives claires notamment en matière d’emploi.

En créant l’Union Nationale Patriotique

Nous avions donc le désir de tourner le dos à une certaine façon de faire la      politique qui privilégie l’esprit partisan, cristallise les énergies de la nation dans des querelles stériles et des débats démobilisateurs.

Notre pays a besoin, nous en sommes certain, d’un nouveau discours, d’un    discours qui parle d’avenir, qui se soucie de motiver les citoyens à s’engager dans des actions exaltantes et qui se refuse à se confiner dans une sorte d’indignation permanente stérile et démagogique.

 Nous avions la volonté de faire la politique autrement.

 Faire la politique autrement c’est, le croyions nous, :

·        Adopter une idéologie humaniste et pragmatique fondée sur l’idée que :

·          l’individu créateur, entreprenant, lucide  et solidaire est le moteur de l’histoire.

·          Chaque peuple a le droit et le devoir de produire, en toute autonomie, une  histoire originale, exaltante, solidaire et respectueuse du reste de la création.

·        Se fixer comme but de réaliser au Sénégal, par une démarche pacifique et démocratique, une société d’abondance, joyeuse, moderne, libre, juste et solidaire. Cette société devant être l’œuvre du plus grand nombre de         sénégalais ne doit être ni égoïste ni  hostile  vis à vis du reste du monde.

 

Faire la politique autrement c’est, aussi :

·        Mobiliser les sénégalais dans des actions concrètes capables d’apporter des réponses à leurs préoccupations du moment

·        Convaincre les sénégalais de nous soutenir dans la mise en pratique d’une vision et non dans l’invective et la dénonciation irresponsables.

C’est donc pour toutes ces raisons que nous nous étions lancés, à nouveau pour beaucoup d’entre nous à l’époque, dans la politique avec le profond espoir de servir au mieux de nos talents notre peuple.

Il y a 9 ans, c’était là nos convictions

Aujourd’hui, encore, ce sont ces mêmes convictions qui nous habitent et c’est avec bonheur et pour donner corps à notre projet initial que nous accueillons d’autres sénégalais qui, comme nous, croient que le Sénégal ne peut être bâti que par les sénégalais.

C’est pourquoi je voudrais inviter, chacun et chacune de vous, à soutenir l’émergence, dans notre pays, de ces forces nouvelles que nous intégrons et continuerons d’intégrer, dans les jours et mois à venir dans nos rangs, des forces capables de se rassembler, de transcender les clivages, tous les clivages pour faire du Sénégal, de la satisfaction des vrais besoins des sénégalais, notre seule boussole.

En ces temps difficiles pour les masses laborieuses, où les espérances s’effritent, où l’impatience gagne le cœur des citoyens, j’invite, solennellement, le Président de la République, Monsieur Macky Sall, à travailler, plus, au rassemblement et à l’unité nationale, à la création de plus de sérénité dans le pays, à se mettre au service des rêves de son peuple et non des seuls bailleurs de fonds.

Aucune nation ne pouvant se construire dans la suspicion, dans le manque de confiance mutuelle, dans la division et dans les querelles stériles, tous, ensemble, nous devons resserrer les liens pour créer, dans notre pays, les conditions d’un travail créateur de richesses et d’accomplissement véritable pour tous.

 

Je vous remercie de votre attention

 L'auteur  Danfakha Talan Négué Tamba
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (0)  Certains commentaires sont en cours de validation...

Ajouter un commentaire

 
 
Danfakha Talan Négué Tamba
Blog crée le 05/11/2012 Visité 118268 fois 32 Articles 2145 Commentaires 6 Abonnés

Posts recents
LA POLITIQUE C\'EST POUR LES SEIGNEURS !
EMPRISONNEMENT DE KHALIFA SALL : CE QUE JE PROPOSE POUR L\'ARRACHER DES MAINS DE SES GEOLIERS !
Arrêtez, Monsieur Khalifa Sall, de leur parler
MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, ARRETEZ D\'ÊTRE CRUEL !
AFFAIRE KHALIFA SALL / MACKY SALL : SAISON 1 ET EPISODE 1
Commentaires recents
Les plus populaires
Procès Karim Wade : quand Macky Sall dicte le verdict aux juges !
Cas du jeune guinéen : le Sénégal face à sa lâcheté retrouvée !!!
Peut-on faire libérer Karim Wade par la force?
Pour Karim Maïssa Wade, j'accuse,
Libertés individuelles au Sénégal : Amnesty International a raison et Latif Coulibaly a tort !